L’assurance vie est un support d’investissement qui offre beaucoup d’avantages à ses souscripteurs. En effet, c’est un contrat qui génère une prime ou des intérêts aux souscripteurs grâce au capital qu’il a investi. Autrement dit, il s’agit d’une épargne qui est mise de côté par un investisseur afin qu’il puisse le récupérer à l’échéance du contrat s’il est toujours en vie ou encore afin qu’il puisse le transmettre à un bénéficiaire en cas de décès. Certaines personnes le considèrent aussi comme un cadre fiscal ou encore comme une sorte d’enveloppe fiscale.

Les principaux types de contrats en assurance vie et leurs particularités

En matière d’assurance vie, il existe plusieurs possibilités de versements, soit : un versement initial, des versements complémentaires libres et des versements complémentaires programmés. Cependant, ce versement se réalise souvent en fonction du type de contrat choisi. Ce qui nous amène à parler des deux types de contrats en assurance vie. Tout d’abord, il y a le contrat monosupport qui est le fond en euros. C’est une convention qui offre une sécurité intéressante car le capital est garanti par l’assureur. Et même si le rendement est parfois insuffisant, on estime que le taux de rentabilité varie entre 3 et 6%. Ensuite, il y a le contrat en unités de compte qui est souvent représenté par l’un des organismes suivants : le SICAV, le FCP et la SCPI. Contrairement au fond en euros, le capital n’est pas garanti par l’assureur mais le rendement est très motivant. Notons que les souscripteurs peuvent viser d’autres objectifs en parallèle, dont : la constitution de patrimoine, la préparation à la retraite, la protection de la famille, la réduction d’impôts et la minimisation des risques.

Quid de l’encours ?

Il est fort possible d’entendre parler de l’encours quand on est dans le domaine de l’assurance vie. Justement, l’encours est une somme d’argent qui est relatif aux dettes ou aux crédits qu’un débiteur doit à son créancier, ou plus précisément une somme d’argent qu’un reliquaire doit à sa banque. On l’appelle aussi « le capital restant dû ». Il est différent du flux parce qu’il se calcule à partir de la comptabilisation des sorties et des entrées. C’est pour cette raison que l’encours est nécessaire pour vérifier la qualité du souscripteur ainsi que sa solvabilité. Notons que la somme qui doit être versée est déjà déterminée en avance et le versement peut être soit anticipée soit à l’échéance du contrat. Pour pouvoir comprendre davantage le fonctionnement d’un contrat d’assurance vie, il est conseillé de se renseigner sur le net, comme sur le www.mylifeinsurancecompany.net par exemple.

Laisser un commentaire